Séminaires et colloques

aller à la partie Séminaires
aller à la partie Colloques à venir



Séminaires

En marge des séminaires internes de l’équipe Transiter tenus à Paris, deux séminaires de travail ont été organisés à Jalapa (Mexique) en juin 2009 et à Vientiane (Laos) en juillet 2009.

Séminaire de Jalapa (Mexique), 8-9 juin 2009

Dynamiques de reconfiguration territoriale dans l’Isthme de Tehuantepec
CIESAS Golfo

Le séminaire franco-mexicain des 8 et 9 juin 2009, organisé par le SEDET et le CIESAS Golfo, avait pour objectif de discuter des formes de collaboration scientifique entre les chercheurs impliqués dans le programme au Mexique et de mettre à jour les travaux existants dans la région. Les axes de travail de ce séminaire sont issus de la formulation générale des problématiques du programme Transiter. Elles sont développées à propos de la région de l’isthme de Tehuantepec dans trois directions (qui font ainsi écho aux entrées utilisées pour la zone Asie).

L’isthme peut être considéré comme la frontière nord d’une région soumise à de fortes dynamiques transnationales qui affectent l’ensemble de l’espace centraméricain (de Panama au sud à l’Isthme de Tehuantepec au nord). On s’intéresse alors à la « région Amérique centrale » et l’analyse de sa frontière nord nous renvoie à l’analyse de la région. D’abord une dimension géopolitique : les dynamiques transnationales contribuent-elles à la recomposition d’une région centraméricaine ? Selon quelles logiques ? S’il y effectivement une frontière au niveau de l’isthme, quel espace définit-elle ? Y a-t-il effet de gradient et sur quels phénomènes ? Flux de migrants, flux de marchandises, flux d’investissement ? Zone écologique de gouvernance ? Zone économique ? Équilibre géopolitique, quel est son degré d’institutionnalisation (cf PPP) ?

L’isthme est également un terrain d’application directe des politiques d’’aménagement de type « géographie économique ». Cette caractéristique est ancienne, due aux potentiels de communication interocéanique, mais surtout présente depuis la fin des années 1980 et la conception du « Mégaprojet » qui est un corridor de développement. Celui-ci sera intégré tel quel dans le dispositif du PPP en 2000. C’est l’occasion de s’intéresser aux « effets sur le développement » dans cette région.

Les analyses sur cette région nous permettent de faire une observation par le local, et en cela de comparer avec d’autres zones d’Amérique centrale. C’est le « local » du « transnational » : les processus de transnationalisation ont mis en évidence une « réinvention du local » : quels phénomènes d’ancrage territorial, d’articulation depuis le local ? Cela rejoint des recherches menées au Nicaragua, au Panama et en Asie sur les recompositions « par les acteurs », notamment par les mobilités rural-urbain et de longue distance.

Trois sessions thématiques ont structuré ces journées :

  • Migrations et mobilités dans la région de Tehuantepec
  • Impacts sociaux et territoriaux des investissements publics et privés
  • Institutions et acteurs sociaux, gouvernance

Séminaire de Vientiane 9 et 10 juillet 2009

L’impact au Laos des corridors de développement de la Région du Grand Mékong,
des échanges transfrontaliers à l’intégration transnationale ?

Centre de Langue Française

Le séminaire franco-laotien des 9 et 10 juillet 2009, organisé par l’Institut National de la Recherche Economique (NERI) du Ministère du Plan et de l’investissement et par le Centre Asie du Sud-Est (CASE), tenu au Centre de Langue française de Vientiane, a permis de présenter et discuter, à mi-parcours, les premiers résultats des recherches conduites par la partie laotienne et la partie française du programme Transiter, grâce aux croisement des regards portés sur les problématiques et les objets de recherche mobilisés par les chercheurs des deux institutions partenaires.

Approches nationales au Laos

  • Les premières orientation pour le 7ème plan 2011-2016,
  • Le maillage des corridors de la Région du Grand Mékong, nouveaux enjeux transnationaux en RDPL,
  • Quelle vision laotienne de l’intégration régionale ?

Approche des corridors (Nord-Sud et Est-Ouest) par les flux commerciaux transfrontaliers et les investissements

  • Flux commerciaux à la frontière lao-chinoise à Luang Namtha et Oudomxay
  • Evolution au cours des années 2000 des flux commerciaux à la frontière vietnamo-laotienne (Densavanh-Lao Bao) et thaïlando-laotienne (Savannakhet-Mukdahan et Hoaysai-Chiang Kong)
  • Les relations sino-laotiennes : investissement, commerce, aide et leur impact

Approches régionales 1 : les corridors du Nord du Laos (Nord-Sud et RN 13)

  • Place des corridors, des villes et des infrastructures économiques dans le Plan directeur du Nord 2008-2020
  • Corridors, réseaux chinois et développement économique dans le Nord Laos (corridor Nord-Sud et route nationale 13)
  • Migrations et dynamiques de changement en milieux urbains dans les montagnes du Nord Laos : Oudomxayy et Phongsaly

Approches régionales 2 : Les corridors du Sud du Laos (Est-Ouest)

  • Rôle des acteurs du développement dans la zone transfrontalière Densavanh-Lao Bao
  • Corridors économiques et internationalisation de deux villes frontalières laotiennes : Savannakhet et Paksé
  • Devenir et stratégie de développement de la zone économique spéciale Savan-Séno




Colloques

1er Colloque international à venir :

Dynamiques transnationales et territoires : la région centraméricaine en perspective.
(avec ouverture comparative vers l’Asie du Sud-Est)

San José (Costa-Rica), 8-10 décembre 2009

Présentation

Dans le contexte de la mondialisation, les territoires des Suds sont inscrits dans des dynamiques de forte recomposition, sous l’impulsion des États, des grandes institutions internationales, mais aussi, et de plus en plus, sous celle des acteurs locaux ou étrangers affranchis des tutelles institutionnelles et agissant hors des cadres nationaux classiques. Le colloque « Dynamiques transnationales et territoires, la région centraméricaine en perspective » est construit autour de la question de l’évolution des territoires dans un contexte régional marqué par des dynamiques transnationales importantes ou en situation d’espaces transnationaux en construction.

Quatre observations nous ont amenés à l’organisation d’une rencontre scientifique d’envergure internationale sur la région centraméricaine.

D’abord, il parait essentiel de faire le point sur les dynamiques qui transforment la région depuis vingt ans, c’est-à-dire depuis qu’elle est soumise à de fortes politiques transnationales : tandis que le développement des États-nations post-coloniaux puis la guerre froide avaient constitué des contextes d’intégration institutionnelle spécifique, l’accélération des échanges économiques à l’échelle continentale (notamment le marché du travail) et l’influence de politiques de développement menées par les États comme les institutions internationales organisent une nouvelle géopolitique régionale. Un bilan sur les processus d’intégration engagés tant sur le plan économique, institutionnel ou géopolitique serait un préalable à une analyse plus fine des processus de recomposition régionale et des mécanismes de développement observables.

En outre, considérant l’ensemble des politiques de développement à l’œuvre dans la région, il nous semble important d’évaluer des modèles à l’œuvre, notamment géographiques et économiques. Plusieurs projets plus ou moins réalisés de « corridors », axes interocéaniques, pôles de développement, redessinent les territoires centraméricains depuis vingt ans. Quel bilan peut-on faire de leurs effets sur le développement et sur les territoires ?

Cette analyse renvoie bien sûr à une évolution de la géopolitique régionale. Le rôle des États, en rapide évolution depuis trente ans, doit être mieux cerné, au-delà du constat d’une « néolibéralisation » qui se bornerait à souligner leur retrait. Enfin, les relations entre États de la région ne peuvent se passer d’un cadre d’analyse continental et mondial : les dynamiques économiques récentes comme les fortes migrations modifient les situations de leaderships des États-Unis d’une part et du Mexique d’autre part sur les équilibres régionaux, sur les marchés du travail ou agricole panaméricains. Cette recomposition à échelle continentale s’opère également par les mobilités sociales et la façon dont les acteurs, impliqués de plus en plus dans des territoires migratoires en « archipel », reconstituent des gouvernances et des régulations qui se différencient du cadre national et de ses institutions classiques.

Ces éléments, constatés sans avoir été mis en perspective sur la région, nous donnent les entrées analytiques pour comprendre les mutations de l’Amérique centrale dans le contexte continental.

Problématiques

Le colloque sera l’opportunité de mettre en commun les analyses régionales pour mesurer l’état d’avancement de l’intégration comme pour mettre en évidence des phénomènes de transnationalisation. La comparaison avec d’autres régions exposées à ces mêmes dynamiques transnationales sera un point d’appui. En effet, la présence de chercheurs travaillant sur ces problématiques en Asie du Sud-Est dans le cadre du programme TRANSITER (ANR ; Les Suds, 2008-2010) nous permettra de mettre en perspective l’intégration régionale centraméricaine et ses spécificités institutionnelles, économiques et politiques.

Des théories géographiques du développement sont à l’œuvre dans cette régionalisation : mise en place d’axes, pôles ou corridors de développement par la planification des infrastructures et les politiques favorisant l’investissement direct sur des espaces à vocation transnationale. Comment évaluer aujourd’hui cette politique et ces modèles ? Lors qu’ils ont été ou sont réalisés, en quoi ont-ils permis l’intégration des arrière-pays et des sociétés rurales ? Quelle est l’épaisseur des corridors, quels sont les effets de frontières ? L’idée de la rencontre est de mutualiser nos connaissances géographiques, anthropologiques, historiques, économiques pour prendre mesure de ces modèles sur le développement.

D’autre part, les mobilités sociales seront privilégiées comme entrée analytique pour comprendre les reconfigurations en cours dans la région : l’impact des départs massifs vers le Nord sur les territoires d’origine, les stratégies et nouvelles gouvernances induites par les pratiques migratoires, à l’échelle locale et régionale.

En outre, le colloque s’attachera à mettre en évidence les gouvernances émergentes dans ce contexte transnational : induites par les enjeux environnementaux liés aux projets de développement, par les structures transnationales de gouvernance dans les ports internationaux par exemple, par le nouveau rôle que les villes et les réseaux de villes intermédiaires se voient attribuer dans ce contexte.

Quatre entrées ont été privilégiées :

  • une interrogation sur la pertinence de la région centre-américaine comme objet de recherche (rôles des circulations interocéaniques et des traversées continentales, poids de la façade caraïbe…),
  • un identification des objets géographiques concernés par les processus transnationaux (façades maritimes et frontières continentales, corridors de développement et intégration des arrière-pays…),
  • la restructuration des territoires par la mobilité (historique des mobilités, recompositions continentales et impacts sur les populations locales…),
  • les gouvernances liées aux nouvelles architectures régionales (notamment en matière d’environnement, de décentralisation, de réseaux urbains…)

2nd Colloque international à venir :

Dynamiques transnationales et recompositions territoriales en Asie du Sud-Est :
les corridors économiques de la Région du Grand Mékong et du détroit de Malaka
(avec ouverture comparative vers l’isthme centre américain)

Vientiane (Laos), décembre 2010

L’objectif du colloque régional Asie du Sud-est est de présenter les résultats des recherches conduites pendant les trois années du programme Transiter et de les faire discuter :

  • par des chercheur des pays de la Région du Grand Mékong comme du détroit de Malaka (un par pays concernés sauf pour le Laos qui sera représenté par plusieurs chercheurs ayant participé au séminaire franco-laotien, étant donné sa fonction de pays hôte de ce colloque régional),
  • par quelques chercheurs spécialistes de l’aire centre-américaine, afin d’introduire une vision en contrepoint par rapport aux dynamiques de l’Asie du Sud-Est,
  • par quelques représentant des bailleurs de fonds finançant ces intégrations régionales. Les débats engagés lors du colloque et les contributions des divers intervenants seront intégrés dans la publication de l’ouvrage final traitant des dynamiques transnationales et des recompositions territoriales en Asie du Sud-Est.

Pour ce colloque, trois entrées sont retenues, qui permettront de construire la comparaison entre les processus d’intégration observés à l’échelle de l’ensemble de six pays constituant la Région du Grand Mékong comme des quatre pays du détroit de Malaka :

  • architecture du maillage des corridors structurant l’intégration régionale (définition des corridors économiques, rôle des infrastructures de transport, typologie des corridors selon leurs échelles et leurs fonctions, structures institutionnelles de l’intégration…),
  • diversification des formes d’aménagement dans les espaces transfrontaliers et transnationaux (villes doublons, réseau de villes portuaires, zones d’activités planifiées, espaces touristiques…), et des acteurs (réseaux chinois et migratoires, articulations entre les stratégies d’acteurs exogènes : transnationaux, régionaux et internationaux, stratégies d’acteurs endogènes : locaux, provinciaux et nationaux…),
  • transformation des territoires et des sociétés rurales dans les espaces concernés par les dynamiques transnationales (zones d’influence des corridors, relations interethniques entre population majoritaire et populations minoritaires, transformations de rapports fonciers, des systèmes de production et de transformation des produits agricoles, nouveaux phénomènes migratoires, rôle négatifs des corridors sur les populations des régions traversées…).
Conception : AGAT